dossiers d'artistes
john cornu
dossier mis à jour le 08/02/2011

plan libre, villa savoye, poissy, 2007

 

Une des réalisations les plus significatives de John Cornu est une intervention sur la Villa Savoye, à Poissy, en région parisienne. À cet édifice iconique conçu par Le Corbusier comme l'aboutissement de la maison moderne, bâtisse géométrique surélevée sur ses pilotis qui l'isolent de la terre, l'artiste ajoute quelques piles discrètes, l'air de rien. On ne distingue pas à première vue la supercherie, et ce, jusqu'au moment où un regard plus affûté trouve quelque chose d'anormal à ce réagencement discret de l'« étant donné ». Force est alors d'admettre le tour de passe-passe, entre sentiment ironique et ques tionnement. Qu'est-ce l'artiste, au juste, a souhaité signifier ? Pourquoi son intervention se tient-elle en deçà du sacrilège, à dessein qui plus est ? Et pourquoi l'art brusque-t-il ici le réel, mais pour mieux le mettre en valeur, de façon paradoxale ?

 

John Cornu est un sculpteur d'un genre particulier — absolument « contextuel ». Nulle œuvre qu'il ne mette en forme sans que celle-ci n'en réfère immédiatement à son alentour immédiat. Comme l'a avec justesse écrit Violette Labihé, « le travail de John Cornu brouille sans cesse les limites entre l'espace d'exposition et l'œuvre qui l'occupe en jouant sur les spécificités topographiques, fonctionnelles et humaines d'une situation. En filigrane, se dessine une esthétique virale et invasive souvent de l'ordre du subliminal ». On ne saurait mieux qualifier son œuvre, toute de subtilité mais jouant aussi comme un constant démarquage plastique. En ce sens, ébranler juste ce qu'il faut, pour mieux la rendre palpable, l'organisation réglée ou chaotique des choses.

 

Paul Ardenne